Au fond à côté du radiateur

Souvenirs 17 Commentaires »

Je me suis rapidement retrouvé seul à la maison. Ma mère avait confiance en moi et pensait que j’étais capable de gérer mon propre quotidien. Il n’y avait aucune raison que cela se passe mal. J’étais un enfant très calme et déjà très casanier. Je faisais partie de ces élèves qui avaient la chance d’avoir de bons résultats sans travailler plus que cela. Je vivais dans ma bulle et j’avais très peu d’amis. Je me rendais en bus ou en métro à l’école, rentrais déjeuner à la maison et repartais pour l’après-midi. Le soir, c’était quartier libre jusqu’à minuit, heure à laquelle rentrait ma mère. Je n’avais aucune pression pour faire correctement mes devoirs, sinon celle de mes professeurs. Je délaissais ainsi volontiers les taches scolaires pour mes Legos, mes jeux électroniques ou mon Amstrad 464. Je profitais du chargement des jeux et des plantages à répétitions pour me préparer mon goûter. Il fallait à l’époque insérer une cassette à droite du clavier de ce que nous appelions un ordinateur et attendre le chargement son contenu avant de débuter la moindre partie. À quoi bon travailler quand les résultats sont là? Lire la suite du billet

Surprise

Souvenirs 44 Commentaires »

Lorsque j’étais jeune, beau et encore étudiant, j’adorais cette période de l’année. Elle était très particulière car l’un de mes meilleurs amis était né quelques jours avant moi. Nos amis tentaient donc de nous réunir chaque année en organisant une surprise commune. Si nous nous doutions généralement de la date de la petite sauterie, nous n’arrivions jamais à évaluer le lieu ou l’heure du rassemblement. Nous pouvions donc nous retrouver pour un pique-nique aux chandelles dans le parc du château de Vaux-le-Vicomte, dans la grande maison du grand-père de Snooze près de Giverny, chez Cécilou ou tout simplement chez l’un ou l’autre, les amis débarquant à l’improviste les bras chargés de ballons et de victuailles en criant « surpriiiiiise! » en choeur. Cette période contrastait avec la période ingrate (surpoids, acné, fringues aux formes et couleurs improbables) du collège et du Lycée, période où j’étais l’une des rares dindes à ne pas organiser une soirée annuelle. Pas si facile d’être populaire. Lire la suite du billet

Dur dur d’être pédé (parfois)

Souvenirs 35 Commentaires »

S’il y a une chose que la plupart des gens normaux (i.e. hétérosexuels) ont du mal à assimiler, c’est bien le rituel du coming-out, rituel que l’on peut aisément traduire par la sortie du placard d’un(e) pédégouine. Cette épreuve peut paraitre étrange pour le quidam lambda, tout simplement parce qu’une personne hétérosexuelle n’a pas à annoncer ses préférences sexuelles, préférences considérées par la société comme normales, naturelles, non déviantes et saines (le côté obscur n’étant formé que par des satanistes sodomites partouzeurs). J’ai mis beaucoup de temps à franchir le pas, comptant principalement sur la lucidité et la lassitude de mes proches. J’étais ainsi persuadé qu’un jour ou l’autre, mon environnement se rendrait compte que j’avais un tropisme pour les garçons et m’éviterait d’avoir à annoncer mon homosexualité et à crier à la terre entière que j’aimais la bite. Mon malheur n’en à jamais été un car j’ai immédiatement trouvé chaussure à mon pied et sans véritablement chercher. Snooze et moi-même avons commencé à être les meilleurs amis du monde et nous nous sommes naturellement rapprochés. Nous nous sommes ainsi cachés pendant presque sept longues années, au nez et à la barbe de nos amis qui ne se doutaient pas une seconde que nous étions plus proches qu’il n’y semblait. Nous vivions alors une belle histoire et ne la partagions avec personne. Lire la suite du billet

I have a dream

Souvenirs 19 Commentaires »

J’ai fait un rêve ce week-end. J’errais dans les rues d’un petit village bourguignon. J’étais transparent. Personne ne pouvait me voir. Je me suis approché du grand portail en bois de notre maison. Mon père était dans le jardin. Il avait vieilli et regardait dans ma direction. Il semblait triste et fatigué. J’ai soudain été pris de violents maux de tête. Mon escapade provinciale nocturne m’a déclenché une migraine. Je me suis réveillé, ai planté une aiguille dans la cuisse pour calmer la douleur et me suis rendormi comme un bébé. Lire la suite du billet

Un autre Marronnier

Souvenirs 32 Commentaires »

Comme le dit le dicton sud-coréen, en avril, « passe ton temps à célébrer les cerisiers en fleur et pense à fertiliser ton jasmin si tu ne veux pas le voir crever en mai ou voir les chinois débarquer à Séoul». Après trois années passées à bloguer, voici déjà un an que nous avons acquis notre appartement à deux pas du canal Saint-Martin. La peur irrationnelle de nous retrouver à la rue m’avait alors poussée à forcer Snooze à acheter un appartement coute que coute. Quinze jours après avoir contacté une agence et visité seulement deux appartements, nous signions un compromis de vente. J’avais eu le coup de cœur pour cet appartement et je ne souhaitais pas qu’il nous passe sous le nez. Nous sommes alors entrés dans la spirale anxiogène que chaque propriétaire connait un jour : Peur de quitter son ancien logement, peur de se faire arnaquer par une bande de blaireaux (agence, vendeur,courtier), peur de prendre un crédit sur un nombre indécent d’années, fatigue intense, insomnies, être étouffé par les démarches administratives, devoir penser à tout. Toutes ces petites contrariétés étaient partiellement compensées par l’excitation du déménagement et par la possibilité de recréer un nouveau petit nid douillet rien qu’à nous. Il fallait trouver un entrepreneur sérieux et faire de nombreux devis. Nous savions exactement ce que nous souhaitions et nous laissions deux mois pour tout terminer. Lire la suite du billet

Joyeux anniversaire to me (again)

Souvenirs 37 Commentaires »

Le terme marronnier désigne généralement un article d’importance assez limitée consacré à un événement récurent. La plupart du temps les sujets traités sont assez fédérateurs, à l’instar de la rentrée des classes, des fêtes de fin d’année, du premier avril ou de la saint-Valentin. Le meilleur endroit pour en trouver est certainement le journal de treize heures présenté par Jean-Pierre Pernaut tous les jours de la semaine. Il est également possible d’en lire de nombreux sur les blogs. D’ailleurs, ce billet en est la parfaite illustration. Lire la suite du billet

Ohlala, ça c’est Paris!

Souvenirs 16 Commentaires »

J’ai mis de nombreuses années à connaître Paris. Je suis né dans le quinzième arrondissement et ai vécu ma petite enfance près de la rue d’Alésia. Mon père possédait un cabinet à Saint-Maure et ma mère travaillait à l’hôpital Broussais. Après une brève et laborieuse escapade en province, nous nous sommes installés dans les hauteurs du dix-neuvième arrondissement, avenue Simon Bolivar. L’appartement était magique. Nous avions une vue imprenable sur les toits de la capitale, du Sacré-Coeur au cimetière du Père Lachaise. Deux cents degrés de zinc, de tuiles, de cheminées et de monuments. C’est en rentrant au collège que j’ai commencé à m’affranchir de mon quartier. J’étais élève dans une école catholique de la rue de Chabrol, près de l’église Saint-Vincent de Paul. Le quartier était populaire. Le soir, nous parcourions souvent les petites rues situées entre Poissonnière et les grands boulevards. Lire la suite du billet

Dream on

Souvenirs 19 Commentaires »

Certains se souviennent peut-être d’une série télévisée diffusée au début des années 90 sur Canal Jimmy racontant les mésaventures amoureuses d’un new-yorkais quarantenaire ayant passé toute son enfance devant son poste de télévision. Oui, Martin Tupper avait pratiquement été élevé par le petit écran. L’originalité de la série était justement de faire massivement références à d’autres séries d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Chaque fois que Martin (qui était vraiment chaud du cul) était face à une situation difficile, il se remémorait des scènes de vieilles séries Z qui sentaient pour la plupart la naphtaline. Lire la suite du billet

Petites réflexions sur l’immaturité

Souvenirs 30 Commentaires »

Je confiais récemment à -Nico- que j’avais l’impression d’être entouré de personnes bien plus avancées dans la vie et bien plus matures que je ne pouvais l’être à leur âge. Beaucoup ont moins de trente ans et sont déjà solidement installés. Ils ne sont plus étudiants, vivent en couple, ont des enfants ou possèdent leur appartement. Encore aujourd’hui, je n’ai pas l’impression d’avoir les obligations qu’un adulte devrait normalement avoir. Certainement parce que ma vie est un long fleuve tranquille. Certainement parce que j’ai eu la chance de faire les bonnes rencontres au bon moment. Certainement parce que, encore aujourd’hui, je ne suis qu’un étudiant attardé qui s’amuse d’un rien et passe son temps à chahuter avec ses amis ou ses camarades de travail. Lire la suite du billet

Et paf, Madeleine (ou la machine à cirer les chaussures)

Souvenirs 22 Commentaires »

Le bonheur, c’est simple comme un coup de fil. Mes amis, collègues et connaissances ne cessent de le répéter. Il est quasiment impossible de me joindre en composant le numéro de mon téléphone portable. C’est un objet que je suis capable d’oublier pendant des semaines. Lorsque je l’allume, la messagerie est souvent saturée. Certains pensent que je les filtre et me font la gueule, d’autres m’appellent sur ma ligne professionnelle et tombent sur Nadine, mon assistante de l’espace. Ceux qui me connaissent bien patientent jusqu’à la fin de journée et composent le numéro de téléphone de notre appartement et sont certains de tomber sur moi. Lire la suite du billet

ça pue le sapin

Souvenirs 27 Commentaires »

J’ai toujours eu beaucoup d’appréhension à pénétrer dans la période des fêtes de fin d’année. Ma situation d’enfant unique gravitant dans un foyer monoparental y était certainement pour quelque chose. Mes parents étant également enfants uniques, les réunions familiales transpirant le bonheur et la joie de vivre autour du sapin relevaient donc du pur fantasme. Le 24 décembre signifiait soupe à l’oignon et messe de minuit. C’est donc avec beaucoup de curiosité que j’observais les familles de mes amis de l’époque s’agiter fébrilement à transformer leurs appartements ou maisons en refuge du père Noël. Une curiosité teintée d’envie car moi aussi je rêvais d’un dîner autour d’une grande table, d’une montagne de cadeaux près de la cheminée, d’une maison verte et rouge, d’embrassades et de câlins. Le seul moment d’évasion se résumait à la diffusion des visiteurs de Noël l’après-midi sur la première chaîne. Je me souviens encore du générique chanté par marie Myriam, mais également de Pierre et Marc Jolivet et des deux marionnettes Sibor et Bora. Ultime fantaisie tolérée, j’avais le droit de décorer les carreaux de la fenêtre de ma chambre avec du blanc d’Espagne. C’était vraiment la fête. Lire la suite du billet

Les Etats d’âme Eric (hommage à Luna Parker)

Souvenirs 27 Commentaires »

Je n’ai pas spécialement envie de m’étendre sur mes états d’âme, mais force est de constater que je navigue en période trouble depuis quelques jours. Bilan de fin d’année, bilan de trentenaire ou bilan de pré-déprime hivernale, je n’en sais rien. Je sais par contre que mon activité professionnelle est de plus en plus prenante et que je suis de moins en moins certain d’avoir les épaules assez solides pour tout supporter. Il y a toujours eu une émulation positive dans mon unité. Rien à voir avec un quelconque léchage de cul ou l’aiguisage d’un dentier acéré. Non. Juste une envie d’apprendre, d’être confronté à différentes missions, d’interagir avec de nombreux interlocuteurs et surtout d’éviter la monotonie dans le travail. Il y a aussi l’envie d’être écouté, d’être suivi, de peser dans la balance. Mais surtout, à l’heure où l’on parle de travailler plus pour gagner plus, mon domaine d’activité à un petit quelque chose en plus, l’éthique. Cela me plait bien de penser ça. Lorsque j’observe ce qui se fait parfois dans le milieu, j’ai parfois envie de vomir. Lire la suite du billet

Les vieux et moi (ou comment je vais gagner l’élection de Miss France Samedi soir)

Souvenirs 23 Commentaires »

Je tiens avant tout à préciser que ce billet ne sera pas consacré à mes nombreuses partouzes sadomasochistes dominicales avec des nonagénaires incontinents sous pilule bleue. Lire la suite du billet

Le mensonge

Souvenirs 20 Commentaires »

« En cette période qui commence à fleurer Noël et son gros bonhomme rouge, je me demande souvent, moi qui n’ai jamais cru au Père Noël, quel effet ça fait quand on découvre que nos parents, toute notre famille, tout le monde en fait, nous ont baladés avec cette histoire à dormir debout, qu’on a été victime d’un complot d’ampleur quasi planétaire. »

Telle est la question que se pose Kozlika dans un récent billet. Mon histoire est bien loin de celle du père Noël car l’imposture du vieux barbapou bedonnant tout rouge et qui pue ne dure généralement que quelques années dans le meilleur des cas, avant qu’un ami bien intentionné ou une institutrice ne démontre que la petite souris ou les cloches ne sont que foutaises. Dans mon cas, le mensonge a duré une vingtaine d’années. Rien de bien grave toutefois. Juste un petit sentiment d’avoir été pris pour un imbécile pour d’obscures raisons. Lire la suite du billet

Ode à mon Phobos

Souvenirs 35 Commentaires »

Lorsqu’on s’engage à s’occuper d’un animal, on ne se rend pas compte que l’univers paisible et agréable dans lequel on a pris l’habitude de vivre risque d’être dramatiquement modifié . Et c’est tant mieux car on ne s’engagerait jamais dans une telle aventure. Il est ainsi bien tentant de se laisser tenter par un petit chat ou un petit chien. Rien à voir avec une tortue ou un poisson rouge qui prennent le plus souvent le chemin du porcelaine express (les chiotes) quelques mois après leur arrivée au sein du foyer. On en prend au minimum pour dix ans à moins de craquer et de refiler la bestiole à ses parents qui n’attendent finalement que ça car ils habitent dans une grande maison bien triste depuis votre départ. Lire la suite du billet

Theme Groovy Shaggy Wizz version 2.0 par T2 apres bidouillage extremement extreme de GlossyBlue
Billets RSS Commentaires RSS Connexion
Rss Feed Tweeter button Facebook button Technorati button